Under development - Check back soon.
X

Espace CIEQ

Cet espace est un vaste chantier visant à mettre en valeur les principales productions scientifiques du Centre telles que les nombreuses bases de données empiriques fomentées au cours des années. Cette mise en valeur est progressive et s'étendra au cours des mois à venir à d'autres projets, notamment à l'Atlas historique du Québec.

L'Espace CIEQ est présentement en construction. Vous pouvez accéder à la section dédiée aux bases de données et aux expositions virtuelles en cliquant ici.

X

Avertissement

X

Depuis 1993, les chercheurs du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) se joignent afin d’étudier les changements sociaux et culturels au Québec.

Pour en savoir plus

Cahiers du CIEQ

Extrait
1,9 Mo
Table des matières
1,8 Mo
 
Dire la diversité culturelle du Québec. Réflexions sur fond muséal
Mélanie Lanouette et Étienne Rivard (dir.)

https://www.pulaval.com/produit/dire-la-diversite-culturelle-du-quebec-reflexions-sur-fond-museal 

En cette ère de pluralisme et de migrations transnationales, la question de la diversité culturelle est devenue, au cours des dernières années, un incontournable sujet de conversation et de réflexion au sein des sociétés contemporaines à l’échelle du globe. Le Québec, importante terre d’accueil de migrants, ne fait bien évidemment pas exception. Pourtant, la diversité culturelle n’est pas qu’une réalité contemporaine toute homogène. Elle est aussi, voire surtout, une construction historique différenciée dans l’espace. C’est sous ce regard diachronique et spatial que les collaborateurs de cet ouvrage – chercheurs universitaires et muséologues – veulent jeter les bases d’une réflexion sur l’évolution de la diversité culturelle au Québec et sur la manière de mettre en valeur ce passé interculturel, notamment par le medium muséal. Cet ouvrage porte donc sur le dialogue : celui entre les cultures, mais aussi celui entre le savoir universitaire et la pratique muséale.
Pour en savoir plus...
Table des matières
3,6 Mo
  
Les figures du pouvoir à travers le temps : formes, pratiques et intérêts des groupes élitaires au Québec, XVIIe-XXe siècles
Thierry Nootens et Jean-René Thuot (dir.)

http://www.pulaval.com/produit/les-figures-du-pouvoir-a-travers-le-temps-formes-pratiques-et-interets-des-groupes-elitaires-au-quebec-xviie-xxe-siecles 

L’étude des élites au Québec a véritablement démarré avec le débat entourant les conséquences de la Conquête: la présence ou non d’une bourgeoisie d’affaires et le leadership dans la société canadienne française étaient alors en cause. La thèse de la «décapitation sociale» a notamment contribué à polariser les débats pendant plusieurs années. Par la suite, l’analyse du phénomène élitaire a suivi le mouvement de l’histoire quantitative, par des études plus systématiques des groupes élitaires et de leurs caractéristiques communes, en vertu de l’approche prosopographique. La question de l’exercice du pouvoir et de la domination au sein de communautés était alors centrale. Les travaux plus récents, quant à eux, se penchent sur le rapport entre institutions et groupes dominants, de même que sur les pratiques culturelles de ces derniers.

À l’heure de l’éclatement des recherches historiques en de multiples objets, de la relégation à l’arrière-plan des structures sociales, la recherche sur les élites conserve toute sa pertinence. Elle doit pour cela renouveler ses perspectives et tenir compte de multiples jeux d’échelles, tout en interpellant l’évolution de la formation sociale québécoise dans son ensemble et les différents rapports de pouvoir qui l’ont traversée. Elle ne peut non plus ignorer les grandes transitions et ruptures politiques, économiques, idéologiques et culturelles vécues depuis l’époque de la Nouvelle-France. En somme, comment les liens sociaux permettant la domination se sont-ils reproduits et transformés dans l’espace historique québécois
?
Pour en savoir plus...
Table des matières
1,9 Mo
  
Mémoires et démographie : regards croisés au Sud et au Nord
Richard Marcoux et Jennifer Dion (dir.)

 

Au cours des dernières décennies, la démographie a connu des avancées considérables grâce notamment à d’importantes innovations technologiques. L’accès à des équipements informatiques plus puissants et sophistiqués a contribué à faciliter le traitement des bases de données, qui caractérise une partie importante du travail des démographes. Mais ces avancées strictement technologiques ont également produit des effets pervers. Largement sollicités par les instances publiques, la démographie et ceux qui la pratiquent ont un fort penchant à vouloir s’inscrire constamment dans l’actualité. Il est alors facile de tomber dans le piège de cette sollicitation et de s’imaginer plus « utile » en entrant dans cette course effrénée pour l’obtention de nouvelles données et pour l’accès aux informations les plus récentes. La demande pour des indicateurs toujours à jour est en effet très élevée et la recherche de l’information nécessaire à leur construction se fait bien souvent dans l’urgence et au détriment d’une réelle réflexion analytique. Ceci conduit à un appauvrissement de notre compréhension des processus démographiques qui, pour la plupart, se font sur le long terme et s’inscrivent dans des dynamiques complexes.

Afin de pallier en partie cette dérive, nous avons convié les chercheurs qui s’intéressent aux études de population à un réel travail de mémoire. Le présent ouvrage regroupe ainsi les contributions de près d’une cinquantaine d’auteurs qui ont revisité les différentes sources de données du passé et ce, de façon à mieux répondre aux questions suscitées par les nouvelles problématiques qui émergent dans le champ de la démographie. Puisant dans ce que nous avons nommé le patrimoine démographique, les travaux présentés ici offrent des lectures originales et plurielles des transformations sociales et démographiques au Sud et au Nord, tout en contribuant à mieux éclairer les grands enjeux contemporains.
Pour en savoir plus...

Une collection numérique

La collection «Cahiers du CIEQ» diffuse des études et des ouvrages collectifs reflétant les activités et les préoccupations de recherche du CIEQ. La collection met en valeur des travaux associant des membres du CIEQ dont le contenu éclaire le passé du Québec, son articulation à l’espace, ainsi que les travaux internationaux liés à la programmation du Centre, notamment sur les plans théorique et méthodologique. Les Cahiers du CIEQ se veulent foncièrement interdisciplinaires et accueillent des contributions en provenance des grands domaines de recherche en sciences humaines et sociales.

La collection «Cahiers du CIEQ» est publiée aux Presses de l'Université Laval (PUL) 

© Tous droits réservés, CIEQ, 2017